Rechercher

MOT CLÉ: DÉTENTE

Qu’est-ce qui nous rend malheureux? Beaucoup de choses et rien à la fois.


Où cela t'emmène ? Rêver c'est aussi se détendre... Et s'évader, ça détend vraiment?

Toutes les choses qui nous font souffrir ont cependant un point commun: elles figent, crispent, enferment, solidifient, limitent, isolent et noircissent notre réalité. C’est ça? Ou je me trompe?


Au final, peu importe le résultat car la cause, la plus profonde, est souvent la même pour tous nos problèmes. Nous n'avons qu'un seul gros problème qui nous en cause des centaines d'autres. La cause doit être notre focus. Mais bien souvent, il y a de grandes résistance à s’en occuper car il s’agit d’habitudes, de croyances, de valeurs ou autres structures qui sont très engrammées en nous et qui construisent notre personnalité. On peut donc aller directement à la cause mais cela peut être très confrontant et déstabilisant. Le risque est de rigidifier la structure que l’on cherche à changer si nous agissons trop en force.


Il est peut-être préférable, dans un premier temps, d’aller en douceur, prendre conscience de la cause et du résultat puis de s’occuper du résultat. Ou de le laisser s'occuper de lui-même...

C’est déjà un immense changement car cela agit aussi petit-à-petit sur la cause elle-même sans que l’on s’en aperçoive vraiment.


Comment trouver un moyen facile, accessible et efficace qui sert d’antidote à tout cela?

C’est simple, appliquer le contraire de tout ce qui a été cité ci-dessus. Et ce contraire, c’est quoi? La détente.


Par détente, je n’entends pas procrastination, passivité, larve-attitude, apathie, inaction, prostration, nonchalance, indolence, léthargie ou mollesse.

Par détente, je veux dire bien-être, légèreté, enracinement, confiance, aisance, souplesse, flexibilité, stabilité, créativité, assurance et ouverture. Et de nombreuses autres qualités feront surface au fur et à mesure.


Comment appliquer cela?

Y penser tous les jours. Y penser à chaque instant lorsque tu sens une tension, une résistance. Y penser dans n’importe quelle situation du quotidien. C’est la répétition qui ancre les fonctionnements qui peuvent alors devenir des réflexes sur le long terme. Ne jamais s’en lasser. Sois créatif et utilise cette créativité pour rendre cette technique la plus efficace possible pour toi. Teste, expérimente.


Que faire de cette tension?

Juste l’observer, en prendre conscience. Puis se détendre, détendre ton corps. Détendre ton corps aura un effet sur ton esprit comme ils sont intimement liés. Utiliser la respiration est une bonne méthode pour aider le corps dans la détente.


Quelles sont les limites?

Aucune. A part celles que tu te mets toi-même. Si tu en vois, c’est que tu as créé cette limite. La détente est toujours présente car sans tension, il n’y a pas de détente et sans détente, il n’y a pas de tension non plus. Ces deux notions sont inséparables. Les deux sont présent, encore faut-il en être conscient.


Un obstacle possible?

La volonté. Si tu es dans la volonté de faire disparaître ta tension ou toute autre volonté, tu n’es déjà plus dans la détente. Laisse aller et observe le résultat sans avoir d’attente particulière.


Un autre éventuellement?

Le manque de conscience de soi. Comment appliquer la détente si on ne sait déjà pas que l’on est tendu ou que l’on ne perçoit pas ses propres tensions?!


Un conseil?

Détends-toi!

​© 2020 Coeur Adamantin